Adénolymphite mésentérique.

lu 144 fois • écrit publicAjouter aux marque-pagesSignaler un abus

Adénolymphite mésentérique.

Qu'est-ce que ça peut bien vouloir signifier?

Il s'agit d'une maladie rare, touchant principalement les enfants et jeunes adultes.

La souffrance est insoutenable et aucun traitement, tant la maladie est rare, peu connue et peu comprise, qu'aucun traitement ne peut la guérir, seuls des médicaments contre la douleur permettront d'y lutter.

Samedi soir, j'ai été prise de crampes au ventre. Je pensais qu'elles allaient disparaître au lendemain matin mais je me suis fourvoyée.

Fièvre, frissons, nausées, diarrhée, courbatures se sont joints au premier symptôme qui, quant à lui, s'est aggravé. Les crampes, similaires à de violentes contractions dans le ventre, se sont montrées plus redoutables que jamais. Mon dimanche, je l'ai passé sous les couettes, dans l'impossibilité d'avaler quoi que ce soit, ou de réviser - oui, car mes partiels sont programmés pour la semaine prochaine, dont 1 grand écrit de 5 heures et 1 grand oral...

Les douleurs s'accentuant, j'ai décidé, hier matin - donc lundi - de me rendre aux urgences.

Arrivée à 8 heures 45, j'ai été prise en charge aux alentours de 10 heures. D'ailleurs, pendant la confection de mon dossier, j'ai dû m'enfuir aux toilettes tellement les douleurs étaient atroces. Je ne tenais plus debout.

A 10 heures 27, on m'a attaché un bracelet en plastique bleu portant l'inscription de mes nom, prénom et date de naissance. J'ai ensuite été installée sur un brancard après avoir enfilé une blouse blanche. J'ai dû réaliser un test urinaire (négatif à toute infection urinaire) puis une prise de sang. On m'a également pratiqué tout un tas d'examens (levée de jambes, auscultation...). On m'a d'ailleurs demandé une dizaine de fois si je n'étais pas enceinte!

Les heures passent et on m'annonce enfin que la prise de sang a révélé un syndrome inflammatoire.

A 14h, après m'avoir perfusée, j'ai dû passer une échographie, longue de 40 minutes. L'interne ne trouvait pas mon appendice. Il est donc revenu avec sa chef qui ne l'a pas trouvé non plus car masqué par un autre organe.

A 17h, scanner. Ils n'étaient pas faveur d'un tel examen en raison de mon jeune âge mais il était nécessaire pour évacuer ou confirmer l'hypothèse de l'appendicite aiguë, ce qui aurait nécessité une opération chirurgicale immédiate. Ils m'ont donc injecté le produit de contraste, horrible, j'ai manqué de régurgité. Je n'ai pas apprécié cette sensation que cela procure.

A 18h 18h15, enfin on m'annonce les résultats. Du moins, c'est un interne qui s'en est chargé. L'appendice, n'étant visible qu'à moitié, ils ont conclu, sans trop de certitude, à une non-appendicite et plutôt à une adénolymphite mésentérique.

Toutefois, ayant des ganglions, du liquide dans le ventre et un épaississement à un organe digestif, il ne s'agirait que d'une infection secondaire. Ils n'ont donc pas détecté la première.

Cette maladie, n'ayant qu'un traitement symptomatique, il m'a été prescrit de la morphine, du spasfon et du paracétamol, ainsi qu'une prise de sang a réalisé demain.

Je suis rentrée chez moi vers 20 heures, les escaliers et la marche m'ayant rendue davantage malade malgré la prise d'un médicament à mon départ des urgences, les vomissements n'ont pu être retenus plus longtemps, d'autant que j'ai dû courir à la gare m'asseoir sur le sol tant je souffrais. Oui, en fait, j'ai dû prendre un tram jusqu'à la gare puis un bus, à peine 20 minutes de transport mais ce fût insoutenable.

Voilà Emeraude...

Sinon, ma maman poursuit ses chimios.

Mon Amour et moi avons été au Luxembourg fin janvier & c'était magique.

Ma sœur et son copain sont venus nous rendre visite à notre retour du Luxembourg jusqu'à début février.

Et si tout va bien, mon Amour et moi partons à Paris à la fin du mois, après mes partiels, du 30 mars au 3 avril.

Je t'écrirai très certainement sur nos petits séjours lorsque je me sentirai mieux....!

1
+1
Ils aiment cet écrit :
  • Lolita01
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !