Drôle de scénario

lu 45 fois • écrit publicAjouter aux marque-pages

J,
ce matin j'ai fait un gros effort pour me lever et aller en cours. Je suis donc fière de moi.

Je sais que je t'ai dit il y a deux jours que je voulais attendre mes résultats avant de parler à mes parents de mes projets de «pause». Eh bien figure-toi que j'ai eu mon père au téléphone hier soir, et je sais pas pourquoi mais je le sentais bien, alors je lui en ai parlé. Il a été assez réceptif, un peu inquiet mais il a senti mon enthousiasme et il a dit «fais toi confiance, si tu sens que c'est ce que tu dois faire, fais-le». Grosse surprise. J'ai vraiment du mal à le cerner mon père. Mais du coup je suis relax pour ce weekend que je vais passer chez lui, je sais que je n'ai pas besoin de cacher mes plans ou de mentir à demi-mot.

Ma mère en revanche, aïe... je viens tout juste de raccrocher au moment où je t'écris, et ça ne s'est pas aussi bien passé. J'ai tenté d'amener le sujet tout doucement, sans parler de décision mais plus d'hypothèse. J'ai essayé de lui dire que je me pose des questions. Elle a tout de suite commencé à paniquer et à partir dans les tours. Comme si la possibilité que je ne réussisse pas, ou pas vite, ou pas en suivant l'ordre établi, la terrifiait. Elle a renchéri en disant que j'en suis capable, que je ne dois pas laisser tomber, comme si le fait de faire une pause dans mon parcours était synonyme d'échec, d'abandon ; et que c'est incompatible avec une vision idéalisée de moi, sa fille.

Je sais pas, c'est bizarre, je suis pourtant bien plus proche de maman que de papa d'habitude... et jusqu'à récemment, c'est papa qui mettait la pression et maman à qui je me confiais. Là c'est presque l'inverse. Peut-être parce que j'ai toujours eu peur de la critique de mon père, pour qui j'ai toujours eu l'impression de ne pas être à la hauteur ; tandis que ma mère me couvrait de compliments et me promettait monts et merveilles, parce que j'étais si intelligente, j'allais sauver le monde, j'étais parfaite. Elle me rassure. Elle booste ma confiance en moi. Mais il y a ce double discours dans mon enfance. Enfin, plus un monologue de ma mère et mon père qui ne lève même pas les yeux sur moi. Ça a créé mon ego et mes insécurités en même temps.

Peut-être que mon père commence à me regarder. Et que ma mère n'arrive pas à se défaire de ses oeillères.

Bon. Je vais en rester là pour aujourd'hui et aller en cours.

0
+1
Ils aiment cet écrit :
Partager l'écrit

Aucun commentaire, sois le premier à en laisser un !